Robert the Bruce.

Un roi héroïque, qui lutta pendant des années pour au nom de son royaume contre les anglais.

Robert the Bruce
Robert the Bruce - © astar321

Robert Ier, également connu sous le nom de Robert Bruce ou Robert de Brus, est un héros de l’histoire nationale écossaise. Né en 1274 à Turnberry, il a été intronisé roi d’Écosse en 1306 et a mené son pays vers l’indépendance contre les Anglais jusqu’à sa mort en 1329. Son règne a été marquée par des batailles remarquables et des réalisations majeures qui ont consolidé la nation telle qu’elle existe encore aujourd’hui.

Vie et combat de Robert The Bruce

Jeunesse et début de carrière

Robert the Bruce, Stiling castle - © kmiragaya

Robert the Bruce, Stiling castle – © kmiragaya

Robert the Bruce est né au château de Turnberry, en Écosse. Il est le fils de Robert the Bruce, 5e Lord of Annandale, et de Marjorie, fille de Walter FitzGilbert de Mar. Il est le petit-fils de Robert the Bruce, 2e Lord of Annandale, qui a été tué à la bataille d’Otterburn en 1314.

Robert the Bruce a reçu une éducation raffinée, qu’il a complétée par des voyages en France et en Italie. Il a épousé Isabelle de Mar en 1296. Le couple a eu deux enfants, Marjorie et Robert.

En 1296, l’Angleterre a envahi l’Écosse et a déposé le roi John Balliol. Robert the Bruce a été nommé gardien d’Écosse, mais il a été contraint de se soumettre aux Anglais en 1302.

Résistance écossaise

En 1306, Robert the Bruce a été couronné roi d’Écosse à Scone. Il a immédiatement lancé une campagne de résistance contre les Anglais.

Le conflit entre Écossais et Anglais a continué pendant huit ans après le couronnement de Robert Bruce ; il s’est soldé par quatre grandes victoires remportées par le roi écossais :

  • la bataille de Loudon Hill en 1307,
  • celle d’Old Byland en 1314,
  • celle de Bannockburn en 1314,
  • et enfin celle de Halidon Hill en 1333.

La bataille de Bannockburn est considérée comme l’une des plus importantes batailles de l’histoire écossaise. L’armée écossaise, dirigée par Robert the Bruce, a remporté une victoire décisive sur l’armée anglaise, dirigée par Edward II.

La victoire de Bannockburn a assuré l’indépendance de l’Écosse. Robert the Bruce a été reconnu comme roi d’Écosse par la communauté internationale.

La trêve avec l’Angleterre et les négociations de paix

En 1328, Edward III d’Angleterre accepta une trêve avec l’Écosse et amorça des négociations pour consolider la paix entre le Royaume-Uni et l’Écosse. Ces discussions aboutirent à ce que l’on appelle le traité de Northampton qui fut signé en mai 1328, reconnaissant Robert Bruce comme Roi d’Écosse à part entière.

La déclaration d’Arbroath et la reconnaissance internationale de l’indépendance de l’Écosse

Bien que le traité ne reconnaisse pas officiellement l’indépendance totale de l’Écosse vis-à-vis de l’Angleterre, il constitue un grand pas vers la reconquête totale par Robert Bruce et son peuple. Pour marquer cet événement important, il fit rédiger une lettre ouverte connue sous le nom de « Déclaration d’Arbroath » adressée au Pape Jean XXII.

Elle demandait au Vatican une reconnaissance internationale de l’indépendance du royaume écossais.

Le règne tardif et la succession

Les réalisations de Robert Bruce en tant que roi d’Écosse

Pendant son règne tardif, Robert Bruce appliqua des politiques résolument pro-écossaises destinées à moderniser et centraliser le gouvernement afin qu’il devienne plus fort face aux menaces extérieures. Parmi ses plus grandes réalisations figurent :

  • L’institutionnalisation des systèmes judiciaire et militaire ;
  • La restauration des monastères ;
  • La création d’un Parlement ;
  • Le développement du commerce maritime ;
  • La modernisation des villes.

De plus, il encouragea fortement la colonisation des terres bassement peuplées du nord-est de l’Écosse, ce qui permit de solidifier la position du royaume.

Robert the Bruce a régné sur l’Écosse pendant 13 ans. Il a consolidé l’indépendance du pays et a mis en place des réformes importantes, notamment dans le domaine de la justice et de l’administration.

Robert Bruce mourut le 7 juin 1329 à Cardross (à l’âge de 54 ans). Son fils David II lui succéda alors sur le trône d’Écosse et devint le souverain des Écossais.

Mais bien que son règne ait commencé en des temps troublés, David reprit les politiques pro-Écossaises de son père et parvint à consolider plus encore l’indépendance écossaise.

L’héritage de Robert Bruce pour l’Écosse et son rôle dans l’histoire écossaise

En dépit des difficultés qu’il a dû traverser pour atteindre sa position, Robert Bruce est resté un symbole important pour les Écossais, comme un héros national reconnaissant dont le courage et la persévérance seront toujours célébrés. En fin de compte, Robert Bruce a réussi à gagner non seulement la liberté pour son peuple, mais aussi une place permanente dans les annales historiques écossaises.